Dans une note, la Conférence des Évêques catholiques d’Haïti (CEH), réunie en Assemblée plénière extraordinaire à quelques jours de l’échéance de la fin du mandat constitutionnel du Chef de l’État (7 février 2016), se montre très préoccupée, alors que jusqu’à présent, aucun accord n’a été adopté officiellement en vue de résoudre de manière consensuelle la crise actuelle.

Note de la CEH :
« 1- La Conférence des évêques catholiques d’Haïti (CEH), réunie en assemblée plénière extraordinaire en son siège salue le courage du peuple haïtien en ces jours si difficiles sur le plan social, politique et économique du pays ;

2- La CEH avait sollicité, de manière informelle, pour faciliter les échanges et établir des passerelles de dialogue entre certains acteurs impliqués dans la crise actuelle. Elle l’avait fait pour débloquer les communications difficiles ou apparemment impossibles : d’autres instances ont fait de même. Ces citoyens haïtiens, qui ont œuvré pour une solution négociée de sortie de crise, ont fait de propositions qui ont été compilées dans un texte de base d’accord minimal à finaliser. Beaucoup d’autres propositions de sortie de crise en circulation expriment une grande préoccupation des uns et des autres quant à la gouvernabilité du pays après l’échéance constitutionnelle ;

3- Nous le savons tous : le 7 février 2016 met fin au mandat constitutionnel du président de la République. Il est grand temps que le peuple sache comment nous allons gérer le pays après cette date. Or, la CEH constate qu’aucun accord n’a été jusqu’à présent adopté en vue de résoudre de manière consensuelle la crise actuelle. Elle croit que tous les acteurs politiques et étatiques doivent travailler à trouver, avant ce 7 février 2016, une solution négociée et acceptable à la crise en faisant preuve de sagesse, de perspicacité, de modération et de patriotisme. Car il est impératif de préparer tout le peuple haïtien à gérer les jours qui viennent en citoyen responsable.

4- La CEH encourage instamment toutes les forces vives du pays à se mettre ensemble en vue d’arriver à un accord s’inspirant de la Constitution et de la sagesse haïtienne pour garantir la continuité de l’État et la stabilité politique du pays dans le respect des vies, des biens et des droits fondamentaux de la personne humaine ;

5- En conséquence, la CEH exhorte tous les acteurs et le peuple haïtien tout entier à éviter des déclarations et des actes susceptibles d’attiser les tensions, d’inciter à la violence et d’aggraver ainsi la situation déjà très fragile du pays. La CEH les encourage fortement à trouver un consensus dans le plus bref délai pour la consolidation de l’unité nationale, la promotion de la culture démocratique et le bien supérieur de la nation ;

6- La CEH renouvelle au peule haïtien, sa détermination à l’accompagner sur le chemin du dialogue, de la Paix et du développement, surtout en ces moments chargés d’incertitudes pour sa sécurité et son avenir.

7- Que, par l’intercession maternelle de Notre-Dame du Perpétuel Secours, Dieu bénisse et protège notre chère Haïti ! »

Suit les signatures : du Cardinal Chibly Langlois, Évêque du diocèse des Cayes et Président de la CEH ; Mgr Max Leroy Mésidor, Archevêque métropolitain du Cap-Haïtien et Vice-président de la CEH ; Mgr Joseph Gontrand Décoste SJ Évêque du diocèse de Jérémie et Secrétaire général de la CEH ; Marie Erick G. Toussaint, Évêque auxiliaire de Port-au-Prince et Économe de la CEH ; Mgr Guire Poulard, Archevêque métropolitain de Port-au-Prince ; Mgr Pierre Antoine Paulo Omi, Évêque du diocèse de Port-de-Paix ; Mgr Yves Marie Péan CSC, Évêque du diocèse des Gonaïves ; Mgr Pierre André Dumas, Évêque du diocèse d’Anse-à-Veau/ Miragoâne ; Mgr Launay Saturné, Évêque du diocèse de Jacmel ; Mgr Quesnel Alphonse, Évêque du diocèse de Fort-Liberté et Mgr Faubias Louis, Administrateur diocesain du diocèse de Hinche.

Share.

About Author

Leave A Reply