Après avoir publié son nouveau calendrier électoral fixant la nouvelle date du prochain scrutin le 20 novembre prochain, prévu initialement le 9 octobre, reporté en raison du passage de l’ouragan Matthew sur Haïti, le Conseil Électoral Provisoire (CEP) se montre aujourd’hui moins assuré de pouvoir réaliser ces élections en raison de l’importance des dommages causés aux infrastructures électorales (près 300 Centres) et de nombreux accès routiers, alors qu’il ne se passe rien sur le terrain au niveau des responsabilités partagées du Gouvernement.

Dans une correspondance datée du 27 octobre denier [qui ressemble à un ultimatum], adressée au Président de facto Jocelerme Privert, Léopold Berlanger, le Président du CEP accorde 10 jours au Gouvernement pour rendre fonctionnel 280 Centres de vote endommagés, rendre praticable les voies d’accès conduisant à 161 autres Centres, fournir une carte de vote aux électeurs ayant perdu leur CIN après le passage de l’ouragan et libérer une quarantaine d’écoles servant de Centre de vote mais occupé provisoirement par des sinistrés, SINON il n’y aura pas d’élections le 20 novembre 2016, Berlanger est clair sur ce point « Convaincu que seule l’exécution célère de ces dispositions permettra le respect de l’échéance incontournable du 20 novembre pour les élections, le CEP demeure mobilisé en vue de collaborer avec l’exécutif pour l’accomplissement de cet objectif » conclu Berlanger.

Selon le Conseiller électoral Jean Simon Saint-Hubert, si les élections ne se tiennent pas le 20 novembre, le CEP devra prendre alors une décision en fonction de sa mission, laissant sous-entendre sans le dire, qu’un nouvel échec pourrait entrainer la démission en bloc du CEP.

Share.

About Author

Leave A Reply