Suite à l’accord convenu à Brasilia en juillet, 2015, entre les représentants de la Bolivie, le Brésil, l’Équateur, le Pérou et Haïti, sur la lutte contre le trafic de migrants en Amérique du Sud, María Landazuri, le Vice-ministre de la Mobilité humaine de l’Équateur, a présidé la première réunion de suivi de la mise en œuvre des mesures de coopération destinées à promouvoir une migration plus sûre et permettre aux citoyens haïtiens de se déplacer dans la région en toute sécurité et d’éviter de devenir des victimes de réseaux de trafiquants.

Lors de la réunion, il a été souligné l’impact positif du travail de coopération entre les institutions responsables de chaque Nation pour empêcher le trafic des citoyens haïtiens dans la région.

L’Équateur a mis en œuvre en août 2015 le Système d’enregistrement virtuel du tourisme visant ce groupe, avec l’objectif de contrôler l’entrée des haïtiens mobilisés par des réseaux de trafiquants. Avant l’application de la mesure (15 janvier-août 2015) 13,848 citoyens haïtiens sont entrés dans le pays. Après la mesure (16 août-décembre 2015) seulement 808 haïtiens sont entrés.

Le Brésil au cours de la réunion a informé sur le renforcement de son Ambassade à Port-au-Prince pour pouvoir émettre 2,000 visas par mois, en coordination avec l’Organisation Internationale de la Migration (OIM)  . À date, 38.446 visas humanitaires ont été accordés à des citoyens haïtiens de la part du gouvernement brésilien, en plus de leur fournir un soutien à leur intégration sociale et économique dans le lieu d’accueil.

Dans les mesures prises par le Brésil et l’Equateur, s’ajoutent les actions entreprises par la Bolivie, le Pérou et le gouvernement haïtien, permettant le déplacement dans la région de citoyens haïtiens de manière ordonnée, en toute sécurité pour éviter que ces personnes deviennent les victimes de réseaux de trafiquants.

Les délégations reconnaissent que le travail en commun et la coopération régionale a permis d’assurer la protection humanitaire et empêcher la violation des droits humains des citoyens haïtiens et n’a pas écarté la possibilité de démarrer un nouveau projet dans l’un de ces pays.

Source HaïtiLibre

Share.

About Author

Leave A Reply