Lundi dans la matinée, le véhicule de location à vitres fumées que conduisait le Sénateur Jean Renel Sénatus a été intercepté lors d’un contrôle par des policiers fortement armé qui l’ont contraint là descendre de son véhicule.

La machine a rumeur s’est rapidement mise en marche, relayée par de nombreux média, laissant croire que la police était à la recherche de Guy Philippe, qu’elle croyait être dans le véhicule du Sénateur…

Marc-André Cadostin, le Directeur Départemental de la police du Sud, a minimisé la portée de l’incident, soulignant que les policiers ont laissé partir le véhicule, après s’être rendus compte qu’un Sénateur en fonction s’y trouvait.

Le Sénateur Sénatus a déclaré qu’il s’agissait d’une attaque politique et promis qu’il donnera une réponse politique à cet incident.

Michel-Ange Gédéon, le Directeur Général a.i., dans une lettre au Sénateur a présenté rapidement les excuses de la Police Nationale pour ce fâcheux incident. À noter que dans cette correspondance le Commissaire Gédéon ne mentionne nullement que la police recherchait Guy Philippe, parlant seulement d’un simple contrôle de routine.

Lettre du Directeur Général de la PNH :
« Port-au-Prince, le 5 juillet 2016

Maître Jean Renel Sénatus
Sénateur de la République
En ses bureaux.-

Honorable Sénateur,

La Direction Générale de la Police Nationale d’Haïti, au-delà des mots, vous adresse ses sincères regrets pour le malencontreux incident survenu dans la matinée du lundi 4 juillet à l’entrée de la ville des Cayes et au cours duquel des policiers vous auraient demandé de descendre de votre véhicule pour un contrôle de routine, en s’entourant de mesures de défense disproportionnées.

Sans vouloir chercher des prétextes fallacieux, cet incident survient à un moment où des policiers sont constamment agressés et tués, où des attaques à fortes odeur de terrorisme s’amplifient. Un véhicule aux vitre teintées avec des plaques de location leur aurait mis la puce à l’oreille, ce qui peut-être ne leur a pas donné le temps d’identifier votre auguste personne.

Toutefois, la Police Nationale d’Haïti reconnaît que le comportement des policiers à votre égard était inapproprié au regard de la Constitution et des lois de la République. Voilà pourquoi, Honorable Sénateur, elle décide de faire amende honorable. Elle espère également que ce regrettable incident ne ternira pas le bon climat de travail et les liens fraternels qui existent entre qui existent entre le Parlement et la Direction générale de la PNH pour le bonheur de la patrie commune. Aussi promet-elle de faire tous les efforts possibles pour en gommer le triste souvenir de la mémoire collective.

En vous réitérant ses excuses, la Direction Générale de la PNH vous prie de croire, Honorable Sénateur, à ses sentiments respectueux.

Michel Ange Gédéon
Directeur Général a.i. »

Share.

About Author

Leave A Reply