Lundi a été lancé un appel pour une aide d’urgence pour améliorer la gestion des risques en Haïti suite à une enquête accablante des pertes après le passage de l’ouragan Matthew en octobre 2016.

Robert Glasser le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la réduction des risques a déclaré « l’ouragan Matthew a révélé des vérités troublantes à propos des pays les moins avancés qui manque de capacité de répondre de façon adéquate aux changements climatiques et à l’intensité croissante et la fréquence des aléas climatiques.

Bien que le système de protection civile du gouvernement ait empêché de nombreux décès, il est inacceptable que d’avoir plus de 600 morts dans un ouragan qui était si bien prévu. Une Évaluation approfondie des besoins post-Matthew, menée par le Gouvernement a montré que le pays a perdu 2,8 milliards de dollars à la suite de l’ouragan Matthew (32% du PIB), après deux années de sécheresse affectant la sécurité alimentaire d’un million de personnes et le séisme de 2010, qui a coûté 120% du PIB. »

S’exprimant à la veille de la 5e Plate-forme régionale pour la réduction des risques dans les Amériques qui débutera à Montréal, M. Glasser a appelé fermement à soutenir un plan de relance élaboré par le gouvernement haïtien, l’ONU et d’autres partenaires, qui recherche 2,72 milliards de dollars, pour un plan de relèvement de trois ans, qui repose sur la nécessité de mieux se reconstruire, axé sur la réduction des risques futures, l’amélioration des systèmes d’alerte précoce multi-danger et la réduction de l’exposition des populations appauvries aux risques naturels multiples.

On estime qu’Haïti a perdu chaque année en moyenne 2% de son PIB à cause d’aléas météorologiques, entre 1975 et 2012.

Share.

About Author

Leave A Reply