Lundi le Président Jovenel Moïse, accompagné du Premier Ministre Jack Guy Lafontant et des Présidents des deux Chambres, Youri Latortue (Sénat) et Cholzer Chancy (Chambre des Députés), s’est rendu au Centre de Convention de la Banque de la République d’Haïti (BRH) pour la présentation de l’Agenda Législatif 2017.

Le Premier Ministre a remis au Président du Sénat 50 projets ou propositions de lois autour de 14 axes pour l’Agenda Législatif entre l’Exécutif et le Législatif.

Chaque axe contient un certain nombre de textes prioritaires pour le développement du pays qui portent sur l’amélioration du climat des affaires et le développement économique, l’organisation de l’État, l’aménagement du territoire et l’environnement et la sécurité nationale. Ils sont appelés à créer l’armature légale en support à l’énoncé de la Politique Générale du Premier Ministre et aux plans d’action gouvernementale.

Dans son intervention, le Chef du Gouvernement a dit compter sur la pleine et entière collaboration du Parlement en vue de l’aboutissement dans un meilleur délai de cet Agenda législatif au cours de cette année.

Extraits du discours du Président Jovenel Moïse :

« […]

S’il y a un domaine où le besoin d’innovation est particulièrement souhaité, c’est celui de l’organisation du travail des institutions du pouvoir d’État, d’abord en leur sein propre, mais surtout dans les rapports qu’ils entretiennent entre eux, dans leur démarche de promouvoir le bien-être collectif. Je me répète, la seule raison qui justifie l’organisation du pouvoir d’Etat comme il l’est dans une République comme la notre, c’est la promotion du bien-être collectif.

[…]
Jamais les défis auxquels ce pays est confronté n’ont été aussi difficiles, jamais non plus, les opportunités pour un redressement durable n’ont été aussi grandes. Pendant que nous devons trouver des réponses rapides et durables à la grande misère des populations du pays, particulièrement dans les régions dévastées par le cyclone Mathieu, les moyens dont dispose l’Etat se raréfient. Avec la dépréciation accélérée de la gourde provoquée par l’instabilité politique, les ressources budgétaires dont dispose l’Etat représentent, en termes réels, moins de la moitié de ce qu’ils étaient, il y a tout juste cinq ans.

C’est par l’innovation, c’est-à-dire, par notre capacité à faire les choses autrement et à les faire en mieux alors que nous n’avons pas davantage de ressources que nous allons nous en sortir comme peuple. Ce pays s’est forgé dans la glaise de ces circonstances peu favorables. Après des décennies, que dis-je, après des siècles de turpitudes et de désordre destructeur, nous avons aujourd’hui, ensemble, la possibilité de le remettre debout dans l’honneur et la dignité de chacune de ses filles, de chacun de ses fils.

[…]
Aujourd’hui, nous sommes sur la corde raide. Nous sommes à la croisée des chemins. Nous n’avons pas droit à l’erreur. Nous ne pourrons pas prétexter que nous ne savions pas. Nous devons et nous pouvons faire avancer le pays. Par le travail opiniâtre, et avec humilité devant la mémoire de nos ancêtres et nos responsabilités par rapport à notre progéniture, nous devons faire en sorte que la loi apporte la stabilité pour la Nation et la sécurité dans la gestion des affaires publiques. En prenant la bonne direction et en adoptant les bonnes décisions, la génération future appréciera les actions que nous allons poser dans le sens de l’intérêt national. L’histoire impartiale reconnaitra que nous avons bien mérité de la patrie.
Chers invités

La cérémonie de ce jour traduit la volonté des deux pouvoirs de l’État d’aborder, dans un esprit républicain, les questions d’intérêt national qui nécessitent une expression législative. Le travail parlementaire et le travail gouvernemental sont intimement liés. Le Gouvernement a besoin du Parlement afin d’avoir les moyens pour mettre en œuvre les politiques qu’il a définies et le Parlement a besoin du Gouvernement pour exécuter les lois qu’il a votées. Les deux Pouvoirs ont besoin l’un de l’autre. Et, vu les problèmes du pays, ils sont appelés à conjuguer leurs efforts pour renforcer les institutions démocratiques et améliorer les conditions de vie de la population. Cette cérémonie est la preuve que les deux institutions ont bien pris la mesure des enjeux et veulent s’engager résolument ensemble en vue de relever durablement le pays et ses institutions.

[…]
Nous savons tous que la production législative haïtienne est très faible. Cela constitue l’une des sources de la faiblesse de nos institutions. Pour qu’elles soient durables, les politiques publiques doivent être supportées par des lois votées par le Parlement. Je dois remercier le Parlement d’avoir accepté d’intégrer 50 projets et/ou propositions de lois au menu de l’agenda législatif de cette année parlementaire. Divers aspects de la vie sociale du pays sont concernés par ces projets et propositions de loi.

L’État et la Nation comptent beaucoup sur cette petite révolution que vous vous apprêtez à faire dans la façon de travailler du Parlement. Avec ce menu voté et publié, cette législature passera dans l’histoire comme l’une des plus productives. Au nom de l’Etat Haïtien et de la Nation Haïtienne, je vous dis déjà un grand merci. Agissons donc ensemble pour moderniser le pays et remettre Haïti à la place qui est la sienne dans le concert des nations ! »

Share.

About Author

Leave A Reply