Jude Célestin est né le 19 Juin 1962 à Port-au-Prince. Il a fait ses études primaires au Petit Séminaire Collège Saint-Martial et ses études secondaire au Collège Fernand Prosper et au Centre d’Études Secondaires de Pradel Pompilus.

Il a laissé le pays pour poursuivre ses études universitaires d’abord à Fribourg puis à Lausanne (Suisse) où il a opté pour le génie mécanique. Jude Celestin a également suivi des cours de gestion des ressources humaines à l’Institut National d’Administration de Gestion et des Hautes Études Internationales (INAGHEI) et des séminaires de gestion à l’étranger, notamment au Japon.

En 1985, Jude Célestin est nommé ingénieur responsable de la production à la Minoterie d’Haïti. Il laisse la compagnie pour poursuivre ses études et monter sa propre entreprise de conseils en mécanique et en construction « JC Construction ».

Par la suite, il revient à la Minoterie pour occuper successivement les postes de responsable des travaux mécaniques, co-Directeur puis Directeur d’usine.

En 1998, il quitte définitivement, la Minoterie pour entrer au Gouvernement Préval où il restructure le Centre National d’Equipements (CNE) dont il devient le Directeur Général. Sous sa direction, plusieurs réalisations sont à porter à son actif entre autres, il a encouragé sous sa Direction, la discrimination positive en formant 517 femmes au maniement des engins lourds ce qui l’a rendu très populaire à l’époque.

Lors du second mandat du Président Préval, Jude Celestin est nommé conseiller du Président, en infrastructures. En 2010, il s’est présenté comme candidat à la Présidence sous la bannière de la plateforme politique « INITE », sans toutefois parvenir à se faire élire.

En 2015, Jude Célestin est de nouveau candidat à la présidence sous la bannière de la « Ligue Alternative pour le Progrès et l’Emancipation Haïtienne » (LAPEH).

Il prône la reconstruction du Centre-ville de Port-au-Prince, la création d’emplois, la formation des cadres intermédiaires, le renforcement de la culture haïtienne, la revalorisation de l’agriculture, l’amélioration du sort des enfants de rue de Port-au-Prince.

Selon lui, le développement économique et social d’Haïti s’appuiera sur les axes stratégiques suivants :

•Le réaménagement institutionnel des grands pouvoirs de l’Etat ;

•L’édification d’une économie ouverte, compétitive, porteuse de croissance et d’emplois ;

•La création de conditions d’épanouissement du citoyen haïtien et la valorisation du capital humain ;

•L’éradication de la Corruption dans tous les secteurs de la société haïtienne ;

•Une nouvelle politique étrangère.

Share.

About Author

Leave A Reply