Lundi au Palais National, le Président Jovenel Moïse, accompagné du Premier Ministre, Jack Guy Lafontant, a reçu la Présidente de la République du Chili, Michelle Bachelet

Les deux Chefs d’Etat ont d’abord tenu une réunion bilatérale au cours de laquelle ils ont eu des discussions autour du renforcement de la coopération. Le Président Moïse a ensuite exprimé sa volonté de travailler avec le Chili pour redynamiser les relations politiques existant entre les deux États.

Le Président Moïse en a également profité pour présenter sa vision du développement d’Haïti, les axes d’intervention prioritaires de son Administration, les principaux objectifs qu’il se fixe pour son quinquennat ainsi que sa volonté d’apporter des solutions durables aux problèmes que confronte Haïti.

La Présidente Bachelet, a abordée avec son homologue la crise migratoire en Amérique latine en général et en particulier l’arrivée dans son pays de dizaines de milliers d’haïtiens qui arrivent avec des visas de touriste de 90 jours et qui restent illégalement au Chili pour fuir les problèmes économiques et le manque de travail en Haïti.

Conscient de la situation Jovenel Moïse a déclaré « ils sont environ 60,000 et nous verrons ce que nous pouvons faire pour leur donner des papiers pour qu’ils puissent régulariser leur situation… »

La visite de la Présidente Bachelet au Palais National, s’est conclue par la signature d’un accord complémentaire à l’accord de base de coopération scientifique et technique pour l’équivalence des études faites au niveau de l’enseignement de fondamental et de l’enseignement moyen ou de niveau comparable suivis au sein des institutions officiellement reconnues et en conformité avec la législation en vigueur, sanctionnées par des certificats d’études, diplômes ou autres documents faisant foi, délivrés par les institutions des deux pays.

« Il y a beaucoup d’haïtiens au Chili, donc nous avons signé un accord pour normaliser leurs études », a déclaré Moise « […] les ministres des Affaires Étrangères des deux pays ont convenu de reconnaître l’équivalence des formations primaires et secondaires […] »

Au-delà de la crise de l’immigration, la visite de Bachelet coïncide avec l’organisation dans les pays d’Amérique latine du retrait des casques bleus de la Minustah. Le Chili a encore en Haïti actuellement, une douzaine d’officiers et 340 soldats, de la machinerie lourde et plusieurs hélicoptères. « Nous avons demandé que le Chili puisse laisser certains équipements à nos militaires et aussi former nos jeunes soldats, comme l’a fait l’Équateur » a déclaré le Sénateur Youri Latortue précisant « Nous devons développer une capacité nationale de sorte qu’en cas de catastrophes, Haïti ait sa propre force pour commencer à travailler en attendant l’arrivée de l’aide internationale ».

Après sa rencontre au Palais National, la Présidente Bachelet, s’est rendue au Cap-Haïtien où elle a visité les troupes chiliennes du du « Batallón Carrera », à quelques semaines du retrait annoncé des forces de Paix du Chili

Share.

About Author

Leave A Reply