Simon Dieuseul Desras, le Ministre de l’Environnement dans son intervention lors d’une conférence débat « Tourisme et environnement : pour une gestion responsable », organisée par l’Association touristique d’Haïti (ATH) a déclaré « Au moment où je vous parle, il n’est pas possible de dire avec exactitude la quantité de déchets produits au niveau du pays. Des évaluations sommaires indiquent que la production de déchets solides est estimée à 30,000 tonnes par an alors que les ordures ménagères représenteraient 912,500 tonnes par an. Quant aux autres catégories de déchets : démolition, déchets verts, déchets industriels et commerciaux, déchets hospitaliers, balayures, leur production atteindrait près de 3 millions de tonnes. Actuellement, on estime que la production globale des déchets dans le pays dépasse les cinq millions de tonnes par an » ajoutant « […] Dans certains pays, les déchets sont considérés comme une opportunité économique, en Haïti, c’est un ennui […] ».

Le Ministre Desras a annoncé la création du Service National de Gestion des Résidus Solides (SNGRS) qui sera en charge conjointement avec les collectivités, de la gestion de l’ensemble de la filière ordures sur l’étendue du territoire haïtien et de la définition de la politique nationale de gestion des déchets en concertation avec les collectivités.

Dans son intervention, Nathalie Brunet, copropriétaire de la firme Ayiti Nexus a expliqué les impact des déchet sur l’industrie hôtellière « Les investissements touristiques étrangers sont compromis par la situation des déchets en Haïti » Elle indique que lors d’une étude, il a été mis en évidence l’absence d’infrastructures pour la collecte et le traitement des déchets dans les zones prioritaires dédiées au tourisme « En général, les hôtel sont obligés de gérer les déchets eux-mêmes ou de faire preuve de créativité ».

Pierre Chauvet, de la Fédération des Amis de la Nature, a révélé que selon ses propres études, la capitale est passé en 20 ans, de 1,100 tonnes de déchets par jour à 6,000 tonnes par jour en 2016… rappelant que l’État haïtien ne parvient a collecter que 30% de ce volume de déchets.

À l’issue de cette conférence, l’ATH a encouragé quelques entreprises dont entre autres : Wynne Farm, Anacaona, Tropical Recycling, Biocarburants d’Haïti a proposer des solutions de recyclage des déchets.

Share.

About Author

Leave A Reply