Auteur d’un triplé avec l’Athletic Bilbao ce mercredi soir, face au Deportivo la Corogne (4-1), lors de la 27e journée de la Liga, Aritz Aduriz est plus que toujours indispensable à son club basque, bien âgé de 35 ans. Par ailleurs, cette saison, il vient d’atteindre les 30 réalisations, toutes compétitions confondues. Il n’est que le quatrième joueur à réussir cette performance chez l’Ahtletic, après Agustín Sauto ‘Bata’, Telmo Zarra et Daniel Ruiz-Bazán ‘Dani’. Et la saison n’est pas terminée ! Il compte 17 buts en Liga, 7 en Ligue Europa, 2 en la Copa del Rey et 4 en Supercopa.
Le numéro 9 à l’ancienne s’est exprimé au micro de FIFA.com. Pour parler de son bon état de forme.

« Si on m’avait dit il y a quelques années qu’à partir de 30 ans, j’allais continuer de progresser, je ne l’aurais pas cru.
Il n’y a pas de potion magique. Je suppose que cela a quelque chose à voir avec les gènes. Je dois remercier mes parents. Et puis je prends beaucoup de plaisir à ce que je fais. C’est probablement ça, le vrai secret.
Aujourd’hui, nous avons beaucoup de données chiffrées sur nous-mêmes. On peut faire attention à chaque détail, au niveau de l’alimentation comme dans tous les autres domaines. Je ne fais rien d’extrême ou d’exceptionnel.
J’ai une fille de trois ans et demi qui ne fait pas la sieste. J’essaie donc de me reposer au maximum la nuit, car c’est le meilleur moment pour la régénération du corps. J’accorde beaucoup d’importance au sommeil, j’essaie de dormir huit heures par nuit.

La Supercoupe d’Espagne remportée face à Barcelone en août dernier ? C’est un des meilleurs moments de ma carrière. On aspire toujours à gagner un titre et le gagner avec l’Athletic, un club avec une philosophie aussi singulière… Cela faisait 31 ans que le club n’avait rien gagné et tout d’un coup, il décroche un titre contre le Barça de Messi et compagnie…

Dans le vestiaire, nous formons une famille, un groupe d’amis qui évolue parmi l’élite.
Il y a un peu trop de musique reggaeton à mon goût, mais on s’adapte. Il faut vivre avec son temps (rires).

Les réseaux sociaux ? Je crois que j’ai un compte sur à peu près tout ce qui se fait en matière de réseaux sociaux, mais je n’ose pas trop m’en servir. Je passe pas mal de temps sans mon portable. Dans ce domaine aussi la différence d’âge ne passe pas inaperçue. Je viens d’une époque où le téléphone portable n’existait pas. Tu allais sur la place du village à cinq heures de l’après-midi et si tu y trouvais des copains, tant mieux, sinon tant pis. Tu rentrais à la maison. De nos jours, on vit connectés 24 heures sur 24.

J’espère que le meilleur reste à venir. »

Share.

About Author

Leave A Reply