Robert Lewandowski est face à un défi immense ce mardi. Un an après avoir mis KO le Real Madrid, le Polonais est de retour de suspension pour un quart de finale retour de Ligue des champions face aux mêmes Merengues, large vainqueurs à l’aller (3-0). Le Polonais peut-il encore sauver un Borussia mal en point et ainsi prolonger ses adieux européens au BVB qu’il quittera cet été ?

Dortmund se remet à lui. Comme depuis plusieurs mois, le Borussia, confronté au délitement de son collectif, n’a d’yeux que pour un homme, Robert Lewandowski. La polémique, suite à l’annonce du départ du Polonais pour Munich à la fin de la saison, n’aura duré qu’un temps. Comme celle qui avait suivi ses envies d’ailleurs et le refus de ses dirigeants de le laisser filer l’été dernier. Il faut dire que l’ancien attaquant du Legia Varsovie a tout fait pour éteindre l’incendie et trouvé la meilleure réponse : sur le terrain !

Le numéro 9 a ainsi marqué 17 buts en Bundesliga cette saison et en compte déjà six en Ligue des champions où il a également délivré deux passes décisives (24 buts au total). Exactement le même total en C1 qu’au matin du 24 avril 2013. Le soir-même, Lewandowski crucifiait le Real Madrid avec un quadruplé pour une victoire 4-1 en quart de finale aller. Le BVB allait poursuivre l’aventure jusqu’en finale à Wembley, battu 2-1 par le Bayern Munich. Suspendu au match aller il y a une semaine, le buteur vedette des Borussen a assisté en spectateur au naufrage des siens à Bernabeu (3-0) et aura bien du mal à renverser la tendance.

Lewandowski-Reus, sauveurs d’un collectif plombé par les blessures
Car le BVB n’est plus que l’ombre du rouleau compresseur offensif de la saison dernière. Décimé par les blessures, le double champion d’Allemagne 2011 et 2012 a perdu de sa force collective. Mardi, cinq cadres et titulaires manqueront encore à l’appel: Schmelzer, Subotic, Bender, Gundogan et Kehl, soit autant de piliers de son bloc défensif. Quand on sait que Durm, le remplaçant de Schmelzer sur l’aile gauche, a coulé face à Bale il y a six jours, dur d’imaginer le BVB renverser la tendance… Privé d’équilibre défensif, Dortmund a déjà souffert en huitième de finale contre Saint-Pétersbourg et ne doit trop souvent son salut qu’aux exploits de ses deux stars, Lewandowski et Reus.

Pour espérer voir plus loin, il faudra bien pourtant maîtriser le trio Bale, Benzema, Ronaldo. Problème, le club espagnol a toujours marqué à l’extérieur en Ligue des champions lors de ses 22 derniers matches en C1, soit depuis un revers 1-0 à Lyon en quart de finale 2008-2009. Dortmund ne s’est pas rassuré samedi avec un succès poussif 2-1 contre Wolfsburg avec des buts de… Lewandowski et Reus en seconde période après un premier acte raté. “Mardi, nous jouerons deux secondes périodes”, assure le Polonais qui rêve du scénario idéal. “Un but en tout début de match puis deux en seconde période”. Déjà conquis, le bouillant public du Signal Iduna Park serait alors prêt à tout lui pardonner. Même ce départ chez le rival honni, un après celui de Götze, aujourd’hui haï dans la Ruhr ?

Share.

About Author

Leave A Reply