Face au bloc albanais, les joueurs offensifs de l’équipe de France devront faire la différence. Leurs caractéristiques pourraient aider.

Les Bleus ne gardent pas de très bons souvenirs de l’Albanie. Réputée bien plus faible, l’équipe de Lorik Cana (suspendu face aux Bleus) reste sur un match nul (1-1) et une victoire (1-0) face à l’équipe de France, ce qui ne l’empêchera pas de se présenter en véritable outsider au Stade Vélodrome. “Les deux matches qu’on a joué contre eux nous ont posé beaucoup de problèmes, se souvenait ainsi Moussa Sissoko en conférence de presse. La défaite nous est restée en travers de la gorge (…) On a envie de se rattraper mercredi”. Pour cela, plusieurs fondamentaux seront à mettre en application pour que les individualités offensives brillent.

L’Albanie saura patienter

Lors de son premier match face à la Suisse, les Albanais n’ont absolument pas cherché à cacher leurs intentions en se replaçant constamment à la perte du ballon. Très peu de prise de risque, donc, pour les hommes de Gianni De Biasi qui attendent que l’adversaire s’engouffre pour contrer. “C’est une équipe compacte qui défend très bien mais qui arrive aussi à bien manier le ballon, analysait Moussa Sissoko. Il va falloir mettre un gros pressing d’entrée et bloquer leurs contre-attaques”. Car si l’attaque placée n’est pas son point fort, l’Albanie se présente tout de même dans un 4-3-3 qui témoigne d’une volonté de ne pas sur-peupler le milieu de terrain pour en faire une zone de transition rapide vers l’avant.

Share.

About Author

Leave A Reply