Sauf improbable retournement de situation, Leicester va remporter la Premier League. “C’était cette année ou jamais” pour Riyad Mahrez, auteur d’une grande saison.

À trois journées de la fin du championnat, Leicester, qui se déplace ce dimanche à Manchester United, compte 8 points d’avance sur Tottenham. Les Foxes pourraient donc être sacrés champion d’Angleterre dès ce weekend. Une surprise si l’on revient quelques mois en arrière. Un bouffée d’air si l’on se réfère à la saison écoulée.

“On sent bien qu’il se passe quelque chose en Angleterre, mais on vit un peu dans notre bulle. On n’a pas les meilleurs joueurs, ni le plus gros budget, mais notre solidarité force l’admiration. On a eu un peu de chance aussi. C’était cette année ou jamais. (…) Jusqu’en janvier, on ne pensait pas au titre. Là, c’est devenu possible, mais on ne se prend pas la tête”, a expliqué Mahrez dans une interview accordée à L’Equipe. L’occasion de revenir sur le destin hors du commun d’un joueur de rue devenu une référence outre-Manche.

“Quand je suis arrivé en pro, je n’ai rien appris sur le dribble”

Comme N’Golo Kanté, son partenaire, il n’a pas eu le cursus habituel d’un joueur de foot et en a fait sa force. “Avec N’Golo, on en rigole. C’est impossible notre histoire, même si rien n’est fait. Wes Morgan, notre capitaine, a lui aussi été détecté sur le tard. Mais franchement, en interne, il n’y a pas de différence entre les pros classiques et nous. C’est tranquille. On s’amuse, on kiffe. Jamie Vardy et moi on se marre même pendant les matches. Lui, ça se voit plus à la télé que moi, mais on est tous des décontractés”, a-t-il confié.

Auteur de 17 buts et 11 passes décisives en Premier League, Mahrez a été l’une des révélétations de la saison. Le fruit d’un travail de longue haleine. “Quand je suis arrivé en pro, je n’ai rien appris sur le dribble. Je savais tout faire. En pro, j’ai travaillé physiquement pour éliminer, faire la différence. Un peu à Quimper, en CFA, mais surtout au Havre ensuite. Là, j’ai passé un cap. Tous les jeudis après-midi, on bouffait des abdos. Plus d’une heure de gainage. Ça m’a endurci. Tactiquement, je n’étais pas bien non plus. Je restais devant et j’attendais la balle. Dans la rue, y a pas de hors-jeu. Érick Mombaerts m’a bien fait bosser là-dessus. Un sacré formateur. Avant, je ne prenais jamais la profondeur, je ne me replaçais jamais. Je voulais la balle dans les pieds pour aller dribbler. Les gars m’attendaient…”, a ainsi expliqué l’international algérien qui préfère rester lucide et sait qu’il va devoir confirmer.

“Pour le moment, je n’ai rien fait dans le foot. Je n’ai pas envie que cette saison se termine. On est bien, là. L’an prochain, il va falloir tout remettre à zéro”, a fini par ajouter Mahrez, dont le contrat à Leicester se termine en juin 2019. Plusieurs grosses écuries l’ont observé cette saison et il ne devrait pas manquer de prétendants cet été.

Share.

About Author

Leave A Reply